*Nous interrompons le concours de Noël pour un bon vieux billet de blog. Nous espérons que vous apprécierez ! Vous trouverez les informations sur le concours ci-dessous. Il suffit de faire défiler vers le bas!*

La saison des vacances n’a pas été particulièrement joyeuse pour moi jusqu’à présent. Tout d’abord, le fait d’être une mère célibataire met à mal le budget des fêtes. Mais bon, je peux faire avec. J’offre à l’homme en or ce que je peux lui offrir et c’est tout. Pas grand chose.

Cependant, O. a été malade, et j’ai dû me rendre à la garderie à l’heure du déjeuner pour lui donner des gouttes pour les yeux et les oreilles (la garderie n’est pas autorisée par la loi à délivrer des ordonnances), et je me suis absentée du travail pour le conduire à ses rendez-vous chez le médecin. Je profite souvent de mon heure de déjeuner pour faire des courses, passer des appels téléphoniques personnels ou simplement organiser ma vie. Et manquer le travail pour des rendez-vous chez le médecin pendant la journée signifie travailler le soir pour rattraper le retard.

Mais le vrai coup de pied au cul ? Mon sac à main a été volé la semaine dernière. Pendant que je faisais du shopping. Pour une œuvre de charité. Toutes mes cartes de crédit, mon permis de conduire, la plupart de mes produits de maquillage, ma carte de sécurité sociale (oui, je sais, je n’aurais pas dû la porter sur moi !) et mon précieux iPod ont disparu.

(J’aimerais profiter de ce moment pour dire que je ne souhaite à personne de se faire voler son sac à main ou son portefeuille. Si vous vous êtes déjà fait voler le vôtre, je compatis. Plus que toute autre chose, les tracas pour tout faire annuler, rouvrir et remettre en ordre sont le vrai problème. Une semaine plus tard, j’ai toujours des problèmes de compte bancaire).

Au cours du week-end, lorsque j’ai essayé d’obtenir un nouveau permis, j’ai dû me battre avec les employés du BMV, si sympathiques. Il m’a fallu un certain temps pour expliquer que je n’avais pas ma carte de sécurité sociale parce qu’elle avait été volée, en même temps que mon permis de conduire. Lorsque j’ai finalement réussi à leur faire accepter un relevé de notes comme pièce d’identité, ils ont découvert que mon permis avait été mis en attente et que je ne pouvais pas en obtenir un autre. Au début, je n’avais aucune idée de ce qu’était une “retenue” ou pourquoi j’en avais une. Et les filles du BMV n’ont été d’aucune aide. Après un appel rapide au Columbus, j’ai trouvé la solution : un ticket de parking impayé que j’avais reçu juste avant d’entrer à l’hôpital. J’avais complètement oublié ce satané ticket. Je n’ai jamais reçu de rappels, mais il se peut qu’ils aient été envoyés à une ancienne adresse (j’ai beaucoup d’anciennes adresses dans mes dossiers – ce que j’ai découvert en annulant toutes mes cartes de crédit).

Ensuite, le père d’O. a été victime d’un horrible rhume pendant le week-end, ce qui m’a obligée à faire double emploi avec O. Je ne me plains pas, j’adore passer plus de temps avec O. Mais je n’ai pas pu accomplir les tâches que je devais accomplir. Mais je n’ai pas été capable d’accomplir grand-chose. (À moins que vous ne comptiez la lecture de livres d’images, la construction de blocs et d’autres activités centrées sur les tout-petits. )

J’étais donc de moins bonne humeur quand j’ai traîné mon cul désolé au travail lundi. En fait, je me suis excusée à l’avance auprès de ma super-collègue Stéphanie pour toutes les méchancetés dont je pourrais faire preuve pendant la journée. J’ai expliqué que j’étais juste à bout de nerfs.

Mais quelque chose est arrivé qui a mis tout mon monde sens dessus dessous. Vous vous souvenez que j’ai déjà dit que mes collègues étaient des gens formidables ? Eh bien, ce que je vais dire le prouve encore plus : Mon “équipe” et quelques autres personnes super cool, dirigées par mon patron, se sont cotisées pour remplacer l’iPod volé susmentionné par un nouvel iPod nano. Ils me l’ont présenté lors de notre réunion hebdomadaire du lundi matin.

C’est pas cool, ça ? Ça m’a époustouflé. J’ai presque pleuré ! Enfin, je l’ai un peu fait. Mes yeux se sont remplis de larmes, mais elles n’ont pas débordé. Après tout, on ne pleure pas aux réunions du lundi matin.

Et vous vous souvenez de la super-collègue Stéphanie ? Elle m’a acheté un nouveau sac à main ! Il est si mignon que j’ai reçu des compliments presque tous les jours où je l’ai eu.

Donc, mon esprit de vacances reste intact. Et ce n’est pas parce que j’ai reçu des articles matériels de remplacement. C’est parce que les gens se soucient d’eux, ils veulent aider. Il n’y a pas que des voleurs de sacs à main, des employés du BMV ou des employés de banque peu coopératifs.

Et ça m’aide à continuer, à me mettre dans l’ambiance des vacances. Même si ce matin, je me suis réveillée en découvrant que la moitié des lumières et des prises de ma maison ne fonctionnaient pas. Super. (Et non, ce n’est pas parce que j’ai des lumières de Noël géantes, comme beaucoup de gens l’ont demandé. Je n’ai pas de lumières de Noël. Pas du tout. Je n’ai pas non plus d’arbre qui pourrait consommer de l’électricité. Mes décorations de Noël consistent en quelques maniques sur le thème des fêtes, quelques serviettes de cuisine assorties et quelques bougies parfumées pour les fêtes. C’est tout ce que j’ai eu le temps de faire. Mais l’esprit est là. Croyez-moi. Il l’est.)

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *