Bonjour, vous vous souvenez de moi ? Susan ? Oui, je n’ai pas posté ici depuis un moment. Mais j’espère que vous me lâcherez un peu – j’ai eu un bébé il y a cinq semaines.

Depuis, je flotte dans l’éther brumeux de la parentalité des nouveaux-nés. Vous savez, seulement deux heures de sommeil à la fois, des tétées et des changements de couches constants, à peine le temps de prendre une douche et de se brosser les dents… et cette fois, je dois aussi m’occuper d’un enfant de trois ans. Au moins, j’ai toujours ma bonne amie et baby-sitter… Karen pour l’aider.

La plupart des jours de la semaine, je m’occupe du bébé, je dors quand je peux et j’essaie de faire quelque chose dans la maison (j’ai généralement la chance de pouvoir vider le lave-vaisselle). J’avais oublié à quel point les nouveaux-nés sont exigeants. Ils ont juste besoin, besoin, besoin… d’être tenus, nourris, changés, aimés. Pendant ce temps, Cassie peut jouer et s’amuser avec Karen et ses enfants, au lieu de rester avec moi et le bébé devant la télévision toute la journée. Je suis tellement reconnaissante pour cela. Elle gère très bien la transition vers le statut de grande sœur, et je suis presque sûre que c’est grâce au temps passé loin de la brume du nouveau-né.

Les soirs et les week-ends, c’est deux enfants pour le prix d’une maman, et j’essaie juste de m’en sortir d’heure en heure. Je ne fais presque rien, ce qui me rend folle. Et je n’arrive absolument pas à communiquer par e-mail, téléphone, blog ou autre. Tout ce que je peux faire, c’est garder mes enfants en vie, en espérant qu’ils ne pleurent pas.

J’espère que d’ici un mois ou deux, la brume commencera à se dissiper. Je sais que c’est un moment précieux et spécial et tout ça, mais c’est aussi difficile de se sentir si déconnecté de ma “vie normale” et j’ai hâte d’être à nouveau dans le monde bientôt.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *