Accueillir un nouveau bébé et préparer l’examen du barreau ont beaucoup de points communs… vous perdez le sommeil, cela peut être vraiment accablant, et c’est une étape importante de la vie. Pour beaucoup d’entre nous, le simple fait d’accomplir l’un ou l’autre est déjà un exploit. Mais s’attaquer aux deux…en même temps-…eh bien, c’est un territoire surhumain.

Pourtant, Tenia Clayton, une maman de Nashville, a fait en sorte que cela semble facile ! Son parcours pour devenir maman et devenir avocate était étroitement lié. Elle a récemment prêté serment au barreau avec un bébé sur la hanche après avoir passé l’examen six semaines seulement après la naissance de son fils Callahan.

“Je n’avais pas prévu de passer l’examen avec un nouveau-né”, explique-t-elle. Tenia a obtenu son diplôme de droit en mai et, dans une année normale, elle aurait passé l’examen du barreau en juillet, un mois avant la naissance de son fils. Un timing parfait, pensait-elle.

Puis, le COVID est arrivé.

En conséquence, l’examen a été reporté deux fois, d’abord à septembre, puis à octobre, ce qui signifie qu’elle a dû passer l’examen avec un nourrisson. De plus, l’examen se déroule désormais en ligne, ce qui signifie que les règles d’adaptation sont plus strictes. Par exemple, pendant chaque session d’une heure et demie, elle n’avait pas le droit de se lever.

“Heureusement, l’accouchement s’est déroulé sans encombre. Six semaines plus tard, elle était guérie et pouvait s’asseoir sans problème”, explique-t-elle.

Mais ce n’est pas tout ce qu’elle a dû surmonter. Bien que Tenia ait étudié pendant des mois, à l’approche de l’examen, elle a commencé à avoir l’impression d’avoir oublié une partie de ce qu’elle avait étudié auparavant. Pour mettre toutes les chances de son côté, elle a dû réviser le test pendant les premiers jours de vie de son fils, qui ne sont pas exactement connus pour être reposants.

“Je devais réviser, ce qui était stressant, et je savais que je n’aurais pas de bons résultats si je ne dormais pas”, dit-elle.

Heureusement, Tenia avait SNOO ! Callahan a commencé à dormir dans SNOO dès sa première nuit à la maison.

” SNOO a été super pratique dès le début. Je n’ai pas eu à le bercer pour l’endormir. Nous l’avons toujours mis dans SNOO éveillé et il s’est endormi assez rapidement”, dit-elle. “Nous n’étions pas une famille qui devait se lever toutes les deux heures. Je me levais avec lui, une ou deux fois, et sans faute, nous pouvions le coucher et il se rendormait. Nous n’avons pas connu les histoires d’horreur que j’avais entendues où le bébé voulait faire la fête à 3 heures du matin”, dit-elle.

Pendant la journée, SNOO a également pu donner un coup de main.

“Il a également fait une bonne sieste. C’était agréable de le mettre dans le SNOO et d’avoir une tranche de deux heures pour étudier sans être interrompu”, dit Tenia.

Tenia est reconnaissante de ne pas avoir eu à perdre le sommeil dans les jours qui ont précédé l’examen.

“Cela aurait été un facteur de stress supplémentaire alors qu’il est déjà assez stressant de se préparer à un examen que l’on doit réussir pour travailler. Il y a tellement d’argent qui est investi dans l’examen et la classe de préparation. Il y avait beaucoup de pression pour que mon bébé dorme la nuit afin que je ne meure pas d’épuisement pendant la journée.”

Ses études ont porté leurs fruits : Elle a appris en décembre qu’elle avait réussi ! Et depuis le barreau, Tenia et Callahan ont étoffé leur CV : Tenia a commencé à pratiquer le droit dans un cabinet, et Callahan est en passe d’obtenir son diplôme de SNOO !

“Toute l’aide dont nous avons eu besoin en cours de route, Happiest Baby a pu nous la fournir”, dit-elle.

Voir plus de messages étiquetés SNOO, histoires vraies

Vous avez des questions sur un produit Happiest Baby ? Nos conseillers seront heureux de vous aider ! Communiquez avec nous à l’adresse customercare@happiestbaby.com.

Clause de non-responsabilité : Les informations contenues sur notre site ne sont PAS des conseils médicaux pour une personne ou une condition spécifique. Il s’agit uniquement d’informations générales. Si vous avez des questions ou des préoccupations d’ordre médical concernant votre enfant ou vous-même, veuillez contacter votre médecin.

Leave a Reply

Your email address will not be published.