Le blog des mamans actives

Allaiter à tout prix !

allaiter

Depuis près de deux mois, j’allaite ma fille, dernièrement au tire-lait. L’allaiter au sein était devenu trop fatiguant pour elle.

 

Durant les 3 premières semaines, elle prenait exclusivement au sein mais elle ne tétait pas efficacement et ne prenait quasiment pas de poids. Suite à cela j’ai eu une lymphangite et j’ai commencé à tirer mon lait. Comme le lait que je tirais ne suffisait pas, je l’ai complémenté avec du lait en poudre.

 

Je souhaitai l’allaiter à nouveau au sein alors j’ai essayé plusieurs choses :

 

1- Le tire-lait en complément

Notre poupée s’était alors bien rattrapée en prenant au biberon et a commencé à bien prendre du poids. Du coup j’ai essayé à nouveau de lui donner au sein, en pensant que si elle reprenait des  forces, elle serait plus active lors des tétées.
Le problème est qu’elle s’endormait à chaque fois au bout de quelques minutes ou qu’elle s’énervait parce-que ça ne venait pas assez vite. J’effectuais alors une pause : en changeant sa couche pour la stimuler et lui proposer à nouveau le sein après. Mais rien à faire elle s’endormait aussitôt, comme si le fait d’être contre moi avait l’effet d’un somnifère ! 🙂

Par la suite, j’ai tenté de lui proposer le biberon dès que je voyais qu’elle commençait à fatiguer au sein. Mais c’était souvent trop tard. Du coup, j’ai fini par l’allaiter au tire-lait uniquement. Cela m’a permis de conserver le lait maternel dans l’attente de trouver une solution pour la remettre au sein.

2- Aide à la lactation

 

allaiter tisanes d'allaitement

Comme l’allaitement au tire-lait ne stimule pas autant la lactation que lorsque le bébé tête, j’ai pris en complément des tisanes d’allaitement (3 / jour). Au début j’ai pris des tisanes au fenouil/anis/cumin/mélisse ; puis j’ai découvert les tisanes d’allaitement Picot aux fruits rouges et au citron/tilleul  qui sont plus agréables au goût. Je prends également de temps en temps des granules à base de malte (achetées en pharmacie).

 

3- Utilisation du DAL (dispositif d’aide à l’allaitement)

 

allaiter dal

J’ai essayé le DAL sur conseil de ma sage-femme. Je n’en avais jamais entendu parler avant. On l’utilise généralement pour les nouveau-nés prématurés qui ont du mal à prendre le sein. Ma fille faisait presque 4 kg à la naissance, ce n’est donc pas qu’une question de gabarit mais aussi de tempérament. L’allaitement avec le DAL permet d’avoir plus de lait avec moins d’effort pour le bébé. Le bébé prend à la fois au sein et à la fois ce qu’il y a dans le biberon du DAL (rempli avec du lait maternel préalablement tiré) via une sonde. Elle tétait 2 minutes de plus ce qui n’est toujours pas suffisant. Je lui donnais encore un biberon après. C’était beaucoup d’effort pour quasiment aucune amélioration. Il faut savoir que l’installation du DAL est fastidieuse. C’est déjà embêtant de tirer son lait mais avec cet espèce de biberon autour du cou qui fait comme une cloche, on a vraiment la sensation d’être une vache ! 🙂 D’ailleurs pour la première utilisation, il vaut mieux se faire accompagner par une sage femme ou une personne qui connait déjà ce système et lire le mode d’emploi bien avant car la préparation du matériel est assez longue quand on ne connait pas : stérilisation + mise en place du DAL (pour éviter que la 2ème sonde ne coule il faut la tordre et la scotcher avec le sparadrap fourni). Elle ne prenait pas plus avec le DAL et le temps que je l’installe elle était très énervée lorsque je la mettais au sein et n’essayait presque pas de téter.

Après tous ces essais pour l’allaiter au sein je me demandais si c’était possible. J’avais pourtant allaité l’aîné exclusivement au sein pendant 5 mois et chaque tétée était un moment agréable, de tendresse et d’amour. Ces moments uniques entre lui et moi uniquement, je pensai les revivre avec ma fille. Même si elle prend du lait maternel au biberon, ce n’est pas pareil et j’avais l’impression qu’on m’avait « volé » ces moments exclusifs qui n’appartiennent qu’à nous deux. Chaque repas était devenu plus un calvaire qu’un moment de plaisir (elle prend beaucoup d’air au biberon et elle a souvent des coliques pendant le repas). C’était toujours la course pour tirer mon lait et laver le matériel. Chaque jour, je repensais à tous ces moments que je manquais. Même si elle reçoit les bienfaits du lait maternel, reçoit-elle autant d’affection et d’amour que son frère ? Je me suis toujours dit que je ferai pareil pour mes 2 enfants mais est-ce que c’est toujours possible ? Face à toutes ces questions, je me suis rendu compte que j’avais besoin d’être conseillée par des spécialistes de l’allaitement ou des mamans qui étaient passées par là aussi. J’ai donc recherché de l’aide auprès de la Leche League.

 

 

4- Traitement de l’oesophagite

Même au biberon, notre choupinette ne prenait que 30 à 50 ml alors qu’elle aurait dû prendre plus du double. Du coup nous sommes allés consulter un médecin généraliste qui a diagnostiqué une oesophagite. Il s’agit d’une irritation, une inflammation de la muqueuse oesophagienne qui se traduit surtout par des sensations de brûlure dans la base du thorax. C’est généralement causé par des reflux gastro-oesophagiens (remontée de liquide gastrique acide vers l’œsophage thoracique). Au bout du 2ème jour de traitement, notre choupinette a commencé a manger de plus grandes quantités. Cependant, pour que cela soit véritablement efficace,  il ne faut pas interrompre le traitement qui dure 1 mois

 

5- Demande de conseils : la Leche League

allaiter la leche league

Je me suis inscrite sur le site puis j’ai pris contact avec une animatrice LLL (La Leche League) près de chez moi. Pour connaître une animatrice LLL près de chez vous, rendez-vous ici. J’ai ainsi échangé avec l’animatrice LLL en lui expliquant le comportement de bébé et les actions que j’avais déjà essayées de mettre en place. Suite à cela, l’animatrice LLL m’a conseillé d’essayer d’autres techniques et transmis les coordonnées d’une consultante en lactation que j’ai contactée pour qu’elle vienne m’aider à domicile.

 

6- Aide d’une conseillère en lactation

Je ne savais pas que cela existait jusqu’à la semaine dernière ! 🙂 Contrairement aux animatrices qui sont bénévoles, les conseillères en lactation sont des professionnelles et leurs prestations sont payantes. Cependant la conseillère en lactation que j’ai contactée est sage-femme (70% est pris en charge par la sécurité sociale et la mutuelle devrait compléter les 30% restant ou une grande partie).

Comme ma petite poupée refusait complètement le sein ces derniers temps (elle ne voulait plus faire d’effort pour manger), la conseillère en lactation m’a montré une astuce pour appâter mon petit poisson : à l’aide d’une pipette mettre du lait tiré ou du lait en poudre à l’intérieur et sur le téton en silicone pour que bébé se dise que ça « vaut le coup » de téter ! L’idéal est de lui proposer le sein lorsqu’elle n’est pas encore super énervée et affamée. Puis lorsqu’elle commence à fatiguer et à tétouiller, effectuer une compression du sein, voir une vidéo ici.

 

Aujourd’hui elle reprend au sein tous les repas avec un éventuel complément au biberon après la tétée. Ce n’est pas un allaitement au sein à 100% mais c’est déjà un gros progrès et une petite victoire ! 🙂

 

Et vous, comment s’est passé votre allaitement ?

Rendez-vous sur Hellocoton !
Que pensez-vous de cet article ?
  • Ennuyant 
  • intéressant 
  • Pratique 
  • Passionnant 
  • Emouvant 
Be Sociable, Share!

2 Commentaires

  1. Ma pauvre, ton allaitement est très difficile à ce que je vois… Tu es persévérante ! C’est bon de savoir que ça s’arrange désormais 🙂 J’ai aussi connu le tire-lait et le bout de sein en silicone pour mon Petit Cœur, mais à part ça notre allaitement s’était bien passé. On verra pour le prochain !

    • Je te souhaite que cela se passe aussi bien que pour le premier ! 🙂

Commenter

mamans qui déchirent